Le doute, mon vieux compagnon de route, et l’effroi devant la marche du monde, sont à la base de mon travail.

Mais il ne s’agit pas d’illustrer des idées.

Il est des peintres, rares, qui savent parler des carnages du monde moderne par des moyens réellement picturaux, et j’irai jusqu’à dire « d’heureuse peinture », qui chante aussi la beauté. Devant ceux-là, je m’incline.

Lire la suite...



Lettre d'information

    Pour être tenus informés de l'actualité de Christiane Candries, entrez votre adresse email ci-dessous :

    Lettre d'information